COMME DEUX GOUTTES D'EAU
 

Dans le banquet, Platon raconte qu'à l'origine l'être avait deux têtes, deux bras et quatre jambes mais qu'il était si puissant que Dieu les scinda en deux les condamnant à passer le reste de leur existence à rechercher la part manquante.
Nous sommes tous à la recherche de la personne avec qui nous traverserons la vie, et dans le lien gémellaire, elle est là, dès la naissance.
" Ma vie me paraît plus simple que les autres. Je n'ai jamais connu la solitude, jamais! "

Tout a commencé lorsque j'ai photographié deux soeurs jumelles pour une autre série. Leur ressemblance et leur complicité ont éveillé davantage cette fascination que je porte aux multiples. Cette série est nourrie de ma curiosité.
Je reste au cours de sa réalisation, étonnée à chaque rencontre. Dans la rue quand on croise des jumeaux, on ne peut pas se permettre de les dévisager voire de les interroger. La photographie a été pour moi un moyen de me rapprocher d'eux.

Depuis toujours les jumeaux provoquent une grande fascination sociale. Nous sommes tous surpris et émerveillés voir amusés par ce phénomène et par leur ressemblance parfois si troublante pouvant entrainer certaines inquiétudes.
C'est pourquoi nous cherchons à les dissocier.

" Au début, on s'était dit que l'on s'amuserait de temps à autre à les habiller de la même façon. Finalement, on ne le fait pas, j'ai du mal à les différencier, surtout de dos, ça me perturbe! "

" Les garçons sont des triplés monochoriaux triamniotique, qui veux dire même ADN, limite clone. Ce qui m'a fait très peur à la grossesse. "


La gémellité ne laisse pas indifférent. Elle interroge sur le caractère unique de l'être humain et nous font rêver un cet autre qui serait un peu soi. Mais, il n'est pas simple d'être deux et un à la fois.

" On s'est construite à deux et c'est difficile de trouver un équilibre entre vie de couple et relation fusionnelle. Pour ma part, ça a été le plus dur de me détacher de ma soeur. Elle me manquait plus que mon petit ami. C'est d'ailleurs pour ça que je l'ai quitté. Je n'étais pas prête à lui consacrer du temps. "

Que pouvons-nous ressentir quand une personne qui physiquement et parfois mentalement nous ressemble trait pour trait. Comment percevons-nous la vie, nos relations, nos faits et gestes, nos choix personnels et professionnels ?

Texte inspiré des mots du psycholoque Fabrice Bak et des témoignages des multiples photographiés et leur famille.

REJOIGNEZ-MOI

MARION.BILLOU@HOTMAIL.FR  - 06 59 98 63 79

© 2019 MARION BILLOU PHOTOGRAPHE MARIAGE - COUPLE - MATERNITÉ - FAMILLE - PORTRAIT - ARTISTIQUE

 LE MANS - SARTHE - PAYS DE LA LOIRE - FRANCE - PARTOUT DANS LE MONDE